Gangs of New York Épisode 3 : La Rose et ses Épines donne lieu à une guerre sanglante entre gangs et citoyens de New York. Une question : en sortirez-vous vivant ?
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Episode 7 & 8 : Jouer avec le feu & Nostalgie [Abigail & Bryan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maître de Jeu
Admin
avatar

Messages : 3831
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 26

Feuille de personnage
Karma:
7/7  (7/7)
XP:
500/500  (500/500)
Respect:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Episode 7 & 8 : Jouer avec le feu & Nostalgie [Abigail & Bryan]   Lun 30 Déc - 20:42

@ Tous : Vous avez vaqué à vos occupations et recherches personnelles pour finalement penser qu'ensemble vous pourriez attendre comme au bon vieux temps un objectif commun. Janvier 2029.

@ Abigail : Le fait que Jaden n'ait que des pistes faibles ou effacées contrairement à Bastian qui te nargue avec un sourire mauvais t'a poussé à contacter la personne qui tu le penses pourra t'aider. Même si vous aviez eu nombre d'accrochage par le passé lorsque vous enquêtiez ensemble, tu ne peux que lui accorder qu'il était un excellent profiler. Ou du moins que son intelligence avait le mérite de lui donner certaines capacités du profiler. Aussi lorsqu'il arrive, tu l'attends tranquillement.

@ Bryan : Carmen ne s'est pas opposée à ce que tu comptes faire. De toute façon, si tu veux que Will Graham efface ta bavure il va falloir faire tes preuves. Ce mec est un putain de négociateur. Aussi dois-tu lui livrer en vie Isaak et Karp. Si tu fais ça avant Scott, tu pourras récupérer ta place au NYPD et aura une place bien dorée au FBI si tu le souhaites. Près de lui. Après tout, même si vous rivalisiez pour vos camarades par rapport à vos notes, vous n'êtiez tous les deux que deux hommes incompris par la société mais aux capacités hors normes. Il n'est pas pourri. Il a compris ton action maladroite.

@ Tous : Comme Bryan est recherché, il faudra agir de nuit. Abigail arrive dans un immense immeuble parmi tant d'autres sur Staten Island, elle traverse un cabinet de soins capilaires pour prendre un ascenseur qui l'emmène dans la planque principale des Eternal Snake. Bryan lui fait face lorsque les portes s'ouvrent.

_________________
"I’m the scumbag outlaw… and you’re the pillar of justice. But neither one of us likes looking at ourselves in the mirror."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bryan Summer
Modérateur
avatar

Messages : 661
Date d'inscription : 14/11/2010
Age : 31

Feuille de personnage
Karma:
1/7  (1/7)
XP:
170/180  (170/180)
Respect:
115/150  (115/150)

MessageSujet: Re: Episode 7 & 8 : Jouer avec le feu & Nostalgie [Abigail & Bryan]   Mar 31 Déc - 0:38

Depuis que je suis Ennemi Public N°1 je n'accepte la visite de personne hormis Ellen qui est ici chez elle. Aussi, lorsqu'Abigail m'a appelé pour me rencontrer, même si je lui ai fait parcourir un véritable labyrinthe avant de pouvoir arriver jusqu'à moi, Carmen m'a fait prendre toutes mes précautions.

Je porte un gilet pare-balles militaire au-dessus de ma chemise permettant de de parer les plus gros calibres. En outre huit hommes sont disséminés dans les recoins les plus sombres du couloir, mettant en joue les portes de l'ascenseur, ne laissant aucune chance de survie à ses occupants s'ils s'avéraient être étrangers.

Le mambo vert sur mes épaules qui s'enroule le long de mes bras semble siffler d'impatience. Lorsque les portes s'ouvrent sur mon invitée, c'est 8 points rouges sur de multiples points vitaux qui l'accueillent. Le climat de tension n'est que le reflet de mon statut aux yeux de toute l'Amérique. Je ne doute pas que mon ex collègue comprendra la mise en place d'un tel dispositif de ma part.

Je lève la main droite pour donner l'ordre de baisser les armes. D'une voix qui contraste avec la menace qui a pesé sur elle l'espace de quelques secondes je prends la parole :


Bonsoir Abigail, sois la bienvenue à mon QG. Merci d'avoir accepté mon invitation.

Je fais un pas en arrière l'invitant à sortir de l'ascenseur. Je m'adresse à mes hommes dans leur langue natale tandis qu'elle s'approche :

Nettoyez et sécurisez la zone. Neutralisez les intrus, je m'occuperais de leur cas s'il y en a.

J'adresse ensuite un léger sourire à mon ex camarade de l'équipe AG :

Je t'en prie, suis-moi. Tu es venue seule ?

Je la guide à travers diverses pièces remplies de testostérones avec une dizaine d'hommes vacant à leurs occupations dans chacune d'entre-elles. Tandis que j'active avec mon pass, l'ascenseur qui donne sur l'appartement je demande de manière anodine :

Comment se porte la petite famille depuis notre dernière conversation téléphonique qui commence à dater maintenant ?

D'un geste de la main je l'invite à entrer dans l'ascenseur avant de la suivre et d'amorcer la longue ascension qui permet comme toujours lorsque je reçois quelqu'un, à mes hommes de confiance de prendre position.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail J. Farlos

avatar

Messages : 608
Date d'inscription : 19/12/2010
Age : 39

Feuille de personnage
Karma:
1/7  (1/7)
XP:
160/160  (160/160)
Respect:
95/150  (95/150)

MessageSujet: Re: Episode 7 & 8 : Jouer avec le feu & Nostalgie [Abigail & Bryan]   Mer 1 Jan - 23:12

Ce que je m'apprête à faire, au final je n'en avais pas le choix. Je n'en ai plus aujourd'hui. Bastian me le rappelle tous les jours quand je le croise à la villa avec son sourire mauvais.
Ce sourire qui semble vouloir dire qu'il a des pistes croustillantes sur Isaak Sadovski, alors que Jaden et moi-même nous sommes sur la touche à moitié. Tournant en rond depuis plusieurs semaines. Une seule personne m'était venue à l'esprit en y réfléchissant à ce sujet. Une personne avec laquelle pourtant je n'ai pas toujours eu de bon rapports, mais qui a eu le mérite de tenir ses promesses jusque-là vis à vis de ma personne et de ma famille. Bryan Summers.

Même si cela me coûte un peu d'y penser, sachant qu'en plus il est recherché activement par le pays tout entier, et qu'il a quand même tué des centaines d'innocents, il est le seul qui puisse m'aider. Et si je me rappelle des propos d'O'Malley sur le sujet, le seul qui avait vraiment toutes les informations en sa possession également avant qu'il ne plonge et ne devienne ce qu'il est aujourd'hui.
Il a toujours été doué. Même s'il me prenait la tête, c'était indéniable et je respectais son travail, donc quitte à faire front commun... Autant le faire avec un tel personnage.

Et indirectement, cela me permettra de l'observer et de référer si nécessaire certaines choses à Charlie Nine, bien que je pense qu'il a déjà ses yeux partout.
Le plus difficile a été de convaincre Jaden qu'on avait pas besoin d'y aller à plusieurs. Je l'ai donc convaincu de rester libre afin de surveiller les enfants et s'occuper du gang en mon absence vu que Bastian s'amuse à être en mouvement sans arrêt, foutant une pression supplémentaire que j'aurai bien évité.
Le divorce n'a même pas été demandé encore... normal, quand on a affaire à un fantôme malin, c'est difficile...

Je chasse ces pensées alors que je traverse un dédale de rues, avant d'arriver vers un immeuble, où après avoir traversé quelques couloirs, je me retrouve enfin devant l'ascenseur qu'il m'avait détaillé lorsque je l'avais contacté.
Il n'y a pas à dire, sa planque est bien placée au sein de Staten Island et même introuvable si on ne connaît pas le chemin, moi-même, je risque d'avoir un peu de mal à revenir si je dois le faire.

Je me suis quand même équipé d'un flingue passé dans ma ceinture mais je suis assez sereine lorsque je prends l'ascenseur afin de me diriger vers mon ancien collègue.
J'hausse néanmoins un sourcil lorsque j'aperçois Bryan Summers, un gros serpent autour du cou et un gilet pare-balle dernier cri sur lui. Eh bien.
Ce bon vieux Bryan aurait la trouille au final ? Ou serait-il devenu simplement parano ?

Je ne peux m'empêcher de sourire face aux paroles qu'il prononce envers ses hommes, aurait-il oublié que j'ai un mari qui m'a appris sa langue natale ? Et ne m'a-t-on pas dit qu'il s'était fourni en homme qu'au Mexique ?
J'avance donc en souriant légèrement, mon charme activé, mais néanmoins sur le qui-vive. Même si je ne le montre pas, ce serpent me fout la frousse.


Je ne vois pas pourquoi nous serions venus à plusieurs. Nul besoin. Et cela évite certaines fuites indésirables.

Je le suis alors qu'il me guide vers un autre ascenseur. Je remarque au passage qu'il semble blinder niveau membres.
Au lieu de lui répondre immédiatement à sa question, je monte dans l'ascenseur, là seulement je prends le temps de lui répondre.


Les enfants vont bien merci. Bastian, je ne sais pas, ça semble être le cas également. Et toi ? D'où te vient l'idée du gilet ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bryan Summer
Modérateur
avatar

Messages : 661
Date d'inscription : 14/11/2010
Age : 31

Feuille de personnage
Karma:
1/7  (1/7)
XP:
170/180  (170/180)
Respect:
115/150  (115/150)

MessageSujet: Re: Episode 7 & 8 : Jouer avec le feu & Nostalgie [Abigail & Bryan]   Jeu 2 Jan - 21:34

Je hausse un sourcil  lorsqu'elle parle assez sèchement à propos de Bastian, je ne fais toutefois aucun commentaire. D'ailleurs lorsqu'elle me questionne indirectement concernant ma propre famille j'élude complètement pour répondre plutôt à la question concernant mon accoutrement.

Ah le gilet, il faudra demander à mon bras droit, depuis les attentats des casinos, elle a insisté pour renforcer ma sécurité. Il paraîtrait que je suis l'homme le plus recherché de toute l'Amérique aujourd'hui.

Malgré mon humour, je ne suis plus aussi joyeux qu'avant, je suis même plutôt froid et renfermé.

Les portes s'ouvrent avec mes derniers mots devant trois hommes baraqués et armés jusqu'aux dents. Je hoche simplement la tête puis je referme ma main d'une poigne ferme sur la gueule du mambo vert avant de le remettre à Angel et de quitter l'ascenseur.

J'enclenche la porte de l'appartement qui s'ouvre sur une scène érotique entre deux latinas à demi nues sur le grand canapé, juste sous nos yeux. Je pousse un grognement de frustration avant de parler :
 

Je les avais oublié celles-là, mon bras droit me ramène quelques cadeaux parfois, elle trouve que je suis obnubilé par Scott.

Je frappe des mains ce qui leur fait tourner la tête avec des regards de défi pour Abigail, qui pourrait leur prendre leur gagne pain sous leur nez. Mais mon regard froid les incite immédiatement à ramasser rapidement leurs affaires et déguerpir sans demander leur reste.

J'entre dans l'appartement avant de me tourner vers elle :


Je t'offre un cappuccino ou autre chose ? Je crois qu'on va en avoir pour un petit moment de discussion. Tu n'es pas pressée n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail J. Farlos

avatar

Messages : 608
Date d'inscription : 19/12/2010
Age : 39

Feuille de personnage
Karma:
1/7  (1/7)
XP:
160/160  (160/160)
Respect:
95/150  (95/150)

MessageSujet: Re: Episode 7 & 8 : Jouer avec le feu & Nostalgie [Abigail & Bryan]   Jeu 2 Jan - 23:50

Je n’émets aucun commentaire quand il me répond que l'idée du gilet pare-balle provient de son bras droit. Mais cela me surprend un peu, encore plus quand on sait que c'est bien lui qui me reçoit, et que c'est donc moi qui ait accepté de venir sur son territoire et qui suis donc menacée. C'est moi qui aurait dû venir protéger.
Donc soit son bras droit tient beaucoup à lui, soit il est particulièrement paranoïaque pour le protéger à ce point au sein même de leur QG.

Je le laisse se défaire du serpent, non sans soulagement je dois dire. Pas que cela me mettait mal à l'aise, mais c'était pas loin. J'ai jamais beaucoup apprécié les reptiles, quels qu'ils soient.
Je le suis donc un peu plus détendue alors qu'il m'amène vers son appartement.
Je ne peux m'empêcher de sourire lorsque j'aperçois les deux latinas sur son canapé, quelque peu dénudées. Encore plus quand je les vois me lancer des regards incendiaires. Comme si j'allais leur voler leur proie, comme semble l'indiquer Bryan dans ses paroles.

Je les observe donc sortir de la pièce en silence, leur lançant un grand sourire de connivence. Autant jouer la pute qu'elles croient que je suis, je n'en ai rien à faire.
Je me permets même de me diriger vers le fameux canapé afin de m'y installer avant de répondre à mon interlocuteur.


Un cappuccino, oui, merci. Non, je ne suis pas pressée. J'ai quelqu'un pour s'occuper des enfants au cas où. J'ai tout mon temps.

Je m'arrête un peu afin d'observer l'appartement plus en détail. Curieusement, ce que je vois ne me surprend guère, tout est plutôt fonctionnel à l'instar d'être confortable, ce qui représente particulièrement mon ancien "collègue".

Sympa l'appartement. Pas trop à l'étroit en ce moment ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bryan Summer
Modérateur
avatar

Messages : 661
Date d'inscription : 14/11/2010
Age : 31

Feuille de personnage
Karma:
1/7  (1/7)
XP:
170/180  (170/180)
Respect:
115/150  (115/150)

MessageSujet: Re: Episode 7 & 8 : Jouer avec le feu & Nostalgie [Abigail & Bryan]   Ven 3 Jan - 15:12

Je me débarrasse de mon gilet pare-balles que j'accroche au porte-manteaux. Je lui adresse un léger sourire en répondant à sa question tandis que je lance le cappuccino :

On s'y sent un peu seul parfois, aussi je reste les 3/4 de mon temps dans mon bureau au rez-de-chaussée, et ne rejoins les étages uniquement lorsque Carmen est présente, ou lorsque j'ai de la visite.

Je lui place la tasse entre les mains, avant de la détailler du regard et de poser mon indexe sur mes lèvres, tandis que je tends l'autre main :

Oh pardon, j'allais oublier, je te débarrasse de ton manteau ? Tu risquerais d'attraper froid en ressortant avec la température ambiante de l'appartement.

Mon sourire ne quitte pas mes lèvres lorsque je complimente :

Le moins que l'on puisse dire c'est que les années et la maternité ont glissé sur toi comme de l'eau. Ça te réussit.

Je crois que je ne l'ai jamais complimenté depuis que nous nous connaissons, j'ai plutôt le plus souvent mis ses défauts en avant jusqu'ici. Je détourne mon regard de son corps pour plonger mes yeux dans les siens et de changer de sujet :

Charlie a donc enfin reconnu ton potentiel à sa juste valeur pour ne pas t'imposer de compagnie en venant me voir ?

D'une pression sur le meuble derrière moi, j'active le bar pour en sortir une bouteille de whisky neuve, et m'en sers un verre que je pose sur la table basse. Le ronronnement du mécanisme du bar qui se referme seul me plait toujours autant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail J. Farlos

avatar

Messages : 608
Date d'inscription : 19/12/2010
Age : 39

Feuille de personnage
Karma:
1/7  (1/7)
XP:
160/160  (160/160)
Respect:
95/150  (95/150)

MessageSujet: Re: Episode 7 & 8 : Jouer avec le feu & Nostalgie [Abigail & Bryan]   Dim 5 Jan - 21:45

Je l'écoute tout en le regardant s'activer pour me servir ma boisson chaude. Lorsqu'il me la tend, je la prends avant de la déposer afin de retirer mon manteau.
Il peut voir presque facilement qu'une bosse apparaît légèrement dans mon dos, signe que même si je suis venue seule, je n'étais pas venue totalement désarmé. Bien que je ne pense pas que j'en aurai besoin, la sécurité avant tout.

Je le pose à côté de moi alors que je me permets un haussement de sourcil quand il me fait un compliment sur mon physique. Eh bien. C'est vraiment rare venant de lui ou alors... Carmen doit avoir raison, il a besoin de compagnie féminine.
Très curieux. Bryan Summers qui flirte gentiment, on aura tout vu. Quant au reste... Avant de répondre à sa question vis à vis des Niners, je me contente de boire un peu de mon breuvage caféiné.

J'attends même qu'il vienne s'installer à son tour, posant son propre verre, de l'alcool à ce que je vois, sur la table basse. C'est étonnant, cela ne lui ressemble pas, ou du moins, cela ne ressemble pas à l'ancien Bryan.


Charlie ne sait pas que je suis ici. Enfin, non, disons plutôt que je ne l'ai pas concerté. Après tout, on sait très bien tous les deux qu'il a des yeux et des oreilles partout.

Je lui offre un grand sourire à ce sujet. Je lui rappelle bien indirectement que c'est Charlie Nine qui dirige tout d'une façon ou d'une autre.

Pour ce qui est de mon potentiel...

Je reprends une gorgée de mon capuccino avant de le reposer sur la table.

C'est notamment à ce sujet que je suis ici. Ce que notre discussion va apporter, ou ce qu'une collaboration éventuelle va nous amener, concerne ce potentiel.

Je le fixe à mon tour droit dans les yeux comme il la fait un peu plus tôt. Autant rentrer dans le vif du sujet, parler de tout et de rien ne va ni à l'un ni à l'autre en ce moment.

Mais par rapport à ça... Disons que je suis en "compétition" avec quelqu'un d'autre.

Autre sourire, un peu plus énigmatique. Je le laisse faire ses conclusions et fonctionner ses méninges, c'est bien ce qu'il sait le mieux faire, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bryan Summer
Modérateur
avatar

Messages : 661
Date d'inscription : 14/11/2010
Age : 31

Feuille de personnage
Karma:
1/7  (1/7)
XP:
170/180  (170/180)
Respect:
115/150  (115/150)

MessageSujet: Re: Episode 7 & 8 : Jouer avec le feu & Nostalgie [Abigail & Bryan]   Lun 6 Jan - 14:40

Assis dans le fauteuil en face du canapé double sur lequel mon ancienne collègue est installée, je passe l'index et mon majeur de ma main droite dans l'encolure de ma chemise pour retirer les premiers boutons, en avalant imperceptiblement ma salive.

Elle n'a pas le charme naturel de Carmen mais c'est une facette de sa personnalité que je contrais à l'époque avec mon autorité. Or, en ce moment je ne l'utilise pas, hormis mon charisme naturel que je ne peux mettre en off.

Je porte mon verre à mes lèvres avant de le reposer sur la table en lui rendant son sourire énigmatique mes yeux ne quittant pas les siens. Elle le sait, un simple regard me suffit à cibler mon interlocuteur, en l'occurrence mon interlocutrice.

Je peux ressentir sa fierté non seulement à travers ses paroles lorsqu'elle me parle de "compétition", mais aussi par ses défis corporels qui ne me sont pas directement destinés. Je ne tourne pas autour du pot pour lui signifier que j'ai bien compris qui était son adversaire.


Toi aussi ton couple bat de l'aile ? Il faut croire que les russes sont experts pour foutre la merde dans les vies de famille.

Ça fait un an que je vis en permanence avec des mexicains, Dieu sait à quel point ils sont fiers et aiment être les meilleurs. Charlie a lancé le jeu des chaises musicales n'est-ce pas ? Et puisque je lui ai ramené Bastian, il va tout faire pour conserver sa place de Bras Droit pour t'écraser.

Et si tu m'as contacté c'est qu'il dispose de plus d'éléments que toi pour mettre la main sur les Sadovski.


Je passe une main sur mon menton gardant un silence insupportable pendant deux longues minutes, me levant pour aller chercher un téléphone portable neuf, encore dans son sachet de cellophane. je reviens à ma place également avec quelques biscuits que j'ai récupéré au passage et que je place devant Abigail.

Je connais suffisamment Charlie pour savoir que chacun d'entre-vous devra se débrouiller avec ses propres moyens pour arriver à vos fins. Chaque élément dont tu disposes concernant ton objectif est une véritable mine d'or. Tu ne dois surtout pas en négliger en chemin, aussi basiques puissent-ils te paraître.

Les dix doigts joints comme je le faisais à l'époque lorsque j'étais prêt à engranger des informations et les trier pour les exploiter, je lance :

Je t'écoute Abigail.

Par ces simples mots je lui laisse entendre que ma décision de renforcer ou non ses rangs pour arriver à ses fins dépendra de la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail J. Farlos

avatar

Messages : 608
Date d'inscription : 19/12/2010
Age : 39

Feuille de personnage
Karma:
1/7  (1/7)
XP:
160/160  (160/160)
Respect:
95/150  (95/150)

MessageSujet: Re: Episode 7 & 8 : Jouer avec le feu & Nostalgie [Abigail & Bryan]   Jeu 16 Jan - 14:03

Au moins n'a-t-il rien perdu de son intelligence et sa réflexion alors qu'il semble avoir pris d'autres habitudes à côté (comme de boire de l'alcool et se protéger à outrance entre autres) de ce que j'observe.
Je ne peux m'empêcher de remarquer au passage que mon charme, que j'ai développé, semble agir quelque peu sur lui. Intéressant. Cela me fait rire intérieurement de voir que Bryan Summer reste un homme.

Par contre, je reste sérieuse quand il aborde l'histoire de la famille et des mexicains. Certes, les Sadovski ont foutu le bazar, mais de ce côté-là j'ai ma part de responsabilité, peut-être plus que lui vis à vis de Sam. Car si j'ai bien compris... Ils ne sont donc plus ensemble.


Il n'y a pas de chaise musicale proprement dite. Disons simplement que les conclusions sont venues d'elles-mêmes sur ce sujet. Bastian est prêt à tout, même à me tuer si nécessaire.

Avec ces dernières paroles, Bryan sait véritablement où se situe la frontière vis à vis de mon mari et de cette compétition.

Et un troisième maillon se raccroche à cette chasse pour être bras droit. Mais sache une chose, être ainsi face à Bastian ne m'effraie pas. Bien au contraire, je me sens libérée d'un poids. Je peux faire armes égales face à lui. Ne l'oublie pas, qu'importe les moyens.

Je le fixe intensément du regard à ces derniers mots. C'est la vérité. D'une certaine façon, je ne me sens plus oppressée par le statut supérieur de Bastian, je me sens moi-même, libre de faire ce dont il me plaît, d'agir même. Je peux enfin montrer mon potentiel et indiquer que je suis assez forte pour être fiable en toute circonstance.

Je reprends une gorgée de mon cappuccino avant de reprendre la parole, restant parfaitement maîtresse de mes gestes et mon attitude.


Avant toute chose, j'aimerais vérifier tes informations. Je présume que tu es au courant des projets de notre ami commun concernant deux jeunes russes ? Après tout, c'est bien grâce à toi qu'on a pu mettre la main dessus si on peut dire.

Je lui souris. Je pense qu'il est parfaitement au courant qu'ils sont tous les deux en vie ces héritiers Sadovski. Du fait je n'attends pas sa réponse avant de reprendre.

Or, il nous manque une héritière, et ses oncles. C'est là que notre mission va être commune. J'ai besoin d'attraper Isaak. C'est la condition sine qua non.

Je me tais, j'aborde mon sujet de plein fouet.

Je ne t'ai pas contacté par hasard.

Je change mes jambes de position, les décroisant avant de reprendre ma position initiale, un sourire léger aux lèvres alors que mon regard reste sérieux et vif.

J'ai fait mes propres recherches au préalable, dont le fait de contacter de vieilles connaissances communes. Un certain gros matou entre autres.

Je ne peux m'empêcher de sourire d'avantage à l'évocation d'O'Malley.


Et ce qu'il m'a dit renforce le fait que tu es crucial et déterminant comme chaînon. Il semblerait que tout ait été effacé du NYPD par rapport à certaines données... Et que certains Sadovski passaient par toi avant que tu ne plonges et les traque au niveau des échanges. J'ai également eu confirmation que le FBI ne cherchait qu'une chose pour l'instant, enfin, Scott plutôt, toi. Ils n'ont pas aidé Isaak et son frère à se cacher bien que j'ai encore des soupçons à ce sujet.

Je le regarde fixement, tout sourire envolé.

J'ai ma propre taupe au sein du NYPD qui a réussi à pirater l'aéroport dans lequel soit disant se trouverait un jet-privé où se terrerait Isaak, mais cela date de plusieurs semaines et nous n'avons pas pu le prouver. Or, seules des personnes bien placées auraient pu les aider. Tu es un profiler Bryan. Tu es à même de pouvoir étudier suffisamment Isaak pour en établir un profil qui nous aidera à le trouver.

Je reprends une gorgée de mon cappuccino avant de le reposer sur la table et de m'adosser de façon nonchalante mais néanmoins dangereuse au dossier du canapé.


Mais il a une faiblesse. L'héritière n'est certainement pas coopérante. Comment la retient-il ? Cela ne doit pas être facile de se déplacer à cause de ça. Bref. J'ai fait quelques recherches avant de te contacter, mais j'ai besoin de toi et de ton réseau. Tu sembles avoir encore la main-mise sur des infos que le NYPD n'a plus ou de façon trop cryptée. Quand il ne s'agit pas de nouvelles données. Je pense que tu caches ton jeu et que tu as plus de cartes en mains que tu sembles le montrer.

Je m'arrête ensuite, attendant sa réponse. Je le questionne du regard quant à ce qu'il compte faire à présent. J'ai quasiment tout dit de mes informations personnelles, à lui de peser le pour et le contre.
Et forcément, je m'attends à un marché ou une condition de sa part, cela va de soi, j'ai affaire à un chef de gang après tout, malgré qu'il restera toujours un ancien collègue de boulot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bryan Summer
Modérateur
avatar

Messages : 661
Date d'inscription : 14/11/2010
Age : 31

Feuille de personnage
Karma:
1/7  (1/7)
XP:
170/180  (170/180)
Respect:
115/150  (115/150)

MessageSujet: Re: Episode 7 & 8 : Jouer avec le feu & Nostalgie [Abigail & Bryan]   Mar 21 Jan - 16:06

Je l'écoute sans l'interrompre, enregistrant chacune de ses informations. Je porte mon verre à mes lèvres avant de sélectionner une partie de son discours à laquelle je réponds succinctement.

Nous avons tous une raison pour mettre la main sur Isaak et Karp. En ce qui concerne Scott...

Je me lève pour aller récupérer une enveloppe aussi fine qu'une feuille de papier dans l'une de mes vestes, pour en sortir mon portable. Je l'ouvre sur la vidéo que j'ai retravaillé où l'on Scott qui est en train de manipuler l'ensemble des membres du NYPD pour alourdir mon dossier en leur faisant le coup du "Avez-vous vu l'homme au manteau noir...". Je coupe la vidéo lorsque Lucie entre et ressort en à peine 2 minutes.

Je reprends ensuite ma phrase que j'ai laissé en suspend, dont elle aura deviné la suite :


...Ses heures au sein du FBI s'écoulent tel le venin du serpent liquéfiant les veines de sa victime.

Je confirme indirectement que je dispose de certains moyens sans avoir à bouger de ma planque.

Je connais suffisamment William Graham, Directeur du FBI, pour avoir été sa bête noire  durant tout notre cursus universitaire. Tu peux être certaine que l'apparition inopinée d'une telle vidéo dans toute l'Amérique, plongerait dans la tourmente la plus puissante des institutions d'Amérique, à commencer par son Directeur en personne. Et me blanchirait par la même occasion pour manipulation de mon dossier.

Scott est une vipère mais elle a entamé une partie dans laquelle elle va s'empêtrer et se brûler les ailes, qu'elle s'est sentie pousser depuis qu'elle a fait de moi l'Ennemi Public N°1, après m'avoir fait chuter du NYPD.  

Elle ne le sait pas encore mais elle est assise sur un siège éjectable qui menace de sauter à tout moment.


Avant de divaguer sur des détails graveleux qui ne nous avanceraient pas pour notre discussion, j'écarte le sujet de Scott pour me rabattre sur le sujet principal de notre entrevue :

S'agissant d'Isaak Sadovski, c'est un animal blessé qui a perdu le soutien des Tsars pour son projet de contrôle de l'Amérique, au profit de son bâtard de fils, Vasili Sadovski, qui semble avoir hérité de son intelligence. Mais à l'inverse de lui, Isaak a l'expérience de la vie à la dure qu'il a passé en majeure partie en Prison à Moscou depuis 1977 en compagnie de Vladimir Nordic qui a faussé compagnie à lui et ses frères après avoir obtenu leur confiance. Isaak n'est pas dupe et connait parfaitement la fraternité qui lie Aleksandr, Kira et Vasili. S'il ne devait pas s'attendre à ce que j'ordonne à mes hommes d'abattre ce dernier, malgré leur échec de peu, il se doutait bien qu'il lui ferait de l'ombre un jour.

Ce jour, a commencé lorsqu'il lui a volé la vedette en tuant son vieil ennemi de plus de 50 ans. Isaak déteste sa progéniture et obtenait leur respect par la peur. C'est pourquoi il détient sa fille en otage, elle est le fusible qui lui permettra de pousser Vasili à la faute. Si mes hommes l'ont raté, lui ne le ratera pas et le trainera jusqu'aux fins fonds de la Russie pour lui faire subir son supplice.


Elle voulait que je brosse un profil d'Isaak, en voici un rapide relativement détaillé. J'effectue quelques manipulations informatique me permettant de me mettre en contact avec l'ingénieur en charge des équipes de piratage. Un Ouroboros translucide en 3D s'affiche sur l'écran et se remplit de noir et blanc au fil du chargement de la connexion.

Pendant ce temps je pose une condition :


Je suis prêt à mettre les moyens pour localiser en direct et te laisser Isaak Sadovski, à la condition que je récupère son frère en vie.

Je vide mon verre après ce laïus quasi ininterrompu et vais récupérer rapidement une bouteille de jus de fruits ainsi que deux verres que je remplis aussitôt, avant de lui en tendre un, prenant bien soin d'éviter le portable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître de Jeu
Admin
avatar

Messages : 3831
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 26

Feuille de personnage
Karma:
7/7  (7/7)
XP:
500/500  (500/500)
Respect:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Episode 7 & 8 : Jouer avec le feu & Nostalgie [Abigail & Bryan]   Mer 26 Fév - 22:57

[Comme Isaak a été tué, je vous relance en solo. Libre à vous de poster ou d'arrêter la partie Smile  Sachez que je reste dispo si l'envie vous reprend. Il reste encore un ptit bout de scénario à jouer]

@ Abigail : Jouer avec le feu.


@ Bryan : Nostalgie

_________________
"I’m the scumbag outlaw… and you’re the pillar of justice. But neither one of us likes looking at ourselves in the mirror."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Episode 7 & 8 : Jouer avec le feu & Nostalgie [Abigail & Bryan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Episode 7 & 8 : Jouer avec le feu & Nostalgie [Abigail & Bryan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A trop jouer avec le feu, on finit par se brûler les doigts- PV La Reynie
» "Tu veux jouer avec moi ?" *Rire sadique de Chucky*
» Jouer avec un (ou des?) MUET(s) (et sourd?)
» A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler.
» Ca t'amuse de jouer avec ma vie ? {PV Eros}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
gangs-of-new-york :: RP :: Jeu à plusieurs-
Sauter vers: